La clé pour réussir votre carrière ? La formation !

Le métier d’agent immobilier

agent-immobilier

Intermédiation, voilà ce qui résume au mieux la profession de l’agent immobilier. Les missions sont néanmoins variées, ce qui exige des compétences et des qualités spécifiques. L’exercice de ce métier ne s’improvise donc pas, surtout lorsqu’il se décline en plusieurs branches ayant chacune ses spécificités.

En quoi consiste le métier d’agent immobilier ?

Globalement, l’agent immobilier sert d’interface entre les vendeurs et acheteurs mais également entre propriétaires et locataires. Cela exige un travail acharné et méthodique en amont.

L’agent est un prospecteur. Proactif, il n’hésite pas à sillonner son secteur géographique pour identifier les biens immobiliers disponibles à la vente et/ou à la location.

Pour chaque bien trouvé, l’agent immobilier doit procéder à une évaluation. Il procède donc à une visite des lieux, relevant tous les détails essentiels : configuration, superficie, nombre de pièces, annexes, année de construction/rénovation, style architectural, accessibilité…. Il peut collaborer avec des professionnels du bâtiment pour obtenir une évaluation technique. Tous ces critères permettent de définir une fourchette de prix en se focalisant sur les tendances du marché immobilier local.

L’agent immobilier se charge de trouver preneur pour les différents biens qui lui sont confiés. Il doit de ce fait exploiter différents canaux pour assurer une visibilité optimale de l’annonce. Il aide aussi les acheteurs/locataires à trouver des biens qui leurs correspondent parmi les différentes offres disponibles.

L’agent immobilier est en charge des visites. Il accompagne donc les acheteurs et locataires potentiels pour leur présenter les biens correspondant à leurs critères de recherches. Fin négociateur, l’agent immobilier conseille son client afin que ce dernier réalise une transaction qui lui soit financièrement avantageuse sans léser l’autre partie.

La gestion locative est également du ressort de ce professionnel de l’immobilier. Mandaté par le propriétaire, il se charge de l’administration du bien en location. Cela consiste à rédiger les contrat, à encaisser les loyers et charges… pour le compte du propriétaire.

Les études à suivre

Avoir la fibre commerciale et être à l’aise dans les rapports humains ne suffisent pas pour devenir agent immobilier. Il y a des connaissances que seules des formations peuvent fournir. En ce sens, il est primordial de suivre des études qui se focalisent sur les professions immobilières, certains cursus étant proposés en alternance.

Droit de l’immobilier, maîtrise d’ouvrage, management immobilier et formation sur les métiers de l’urbanisme s’inscrivent parmi les filières disponibles mais il en existe d’autres.

En France, il existe un nombre élevé d’institutions qui proposent ces formations générique ou spécialisées. On peut citer :

  • ESG Immobilier (niveau post-bac à bac +5)
  • EFAB, l’école supérieure des métiers immobiliers (niveau bac à bac +5)
  • IMSI, Institut du Management des Services Immobiliers (niveau bac +2 à bac +5 ou MBA)
  • ESI, Ecole Supérieure de l’Immobilier (niveau bac +2 à bac +5)
  • INSEEC MSc & MBA (niveau bac +4/bac +5).

Les diplômes à décrocher

Le BTS PI (comprenez Professions Immobilières) est le minimum requis pour pouvoir postuler en tant qu’agent immobilier.

En niveau bac +3, les licences pro métiers de l’immobilier restent des valeurs sûres. Les formations peuvent être orientées vers la gestion et l’administration de biens. Il y a aussi la possibilité de choisir la gestion et le développement de patrimoine comme filière. C’est sans oublier les transactions et commercialisations de biens. Toujours en niveau bac +3, il est possible de décrocher un bachelor pour prétendre au poste de gestionnaire d’affaires immobilières. En alternative, il y a les activités juridiques focalisées sur les métiers du droit immobilier.

Pour aller plus loin encore, des Masters pro du droit immobilier et des métiers de l’immobilier et de l’urbanisme sont des diplômes extrêmement valorisants.

Il convient de se renseigner auprès des écoles pour obtenir la liste complète des formations et diplômes qu’elles proposent.

Les compétences à avoir

Etre diplômé est une excellente base pour devenir agent immobilier. Pour autant, il ne faut pas négliger les hard skills, autrement dit le savoir-faire.

La maîtrise technique est une compétence indispensable. Elle englobe l’aptitude à utiliser les outils bureautiques classiques de même que les logiciels immobiliers.

Des notions en droit immobilier se révèlent tout aussi incontournables. Il faut en effet prêter attention au cadre juridique propre à chaque transaction, sans négliger l’aspect civil.

Un bon agent immobilier doit être capable de réaliser une veille stratégique. Il s’agit de s’informer régulièrement sur l’évolution des prix dans le secteur, les types de biens les plus plébiscités, les profils des acheteurs/locataires…. La veille du marché immobilier est également indispensable pour pouvoir identifier les opportunités et les saisir avant les concurrents. Cela permet de proposer des biens en exclusivité.

Les compétences en langues étrangères ne sont pas négligeables dans la mesure où les clients étrangers tendent à se multiplier. Dans l’idéal, ces compétences doivent conjuguer oral et écrit afin de permettre des échanges fluides mais surtout pour assurer une compréhension mutuelle.

Les qualités à posséder

On parle ici des soft skills ou compétences comportementales plus souvent désignées “savoir-être”. Ainsi, l’agent immobilier doit faire preuve de tact et posséder un sens de la diplomatie. En effet, les clients peuvent être difficiles. Entre caprices, dédains, insatisfaction constante… la tension peut rapidement monter. Si tous les clients ne sont pas pénibles à gérer, il est important d’être paré à toute éventualité pour pouvoir conserver une attitude professionnelle. C’est la façon la plus efficace pour inspirer confiance et donner une image positive de soi-même mais aussi de l’agence immobilière.

Le savoir-être est une qualité personnelle qui se cultive. Il faudra donc travailler l’empathie pour mieux cerner le client et être capable d’influencer ses décisions. Cela exige une sociabilité qui résiste à toute épreuve. Grâce à son empathie, l’agent immobilier pourra plus facilement tourner les discussions à son avantage et donc de gérer les situations les plus complexes.

La capacité d’écoute fait également partie des qualités associées au savoir-être. L’agent immobilier doit accorder toute son attention au client. A moins d’utiliser son téléphone ou son ordinateur pour prendre des notes, l’agent doit laisser ces appareils de côté afin que son interlocuteur ne se sente pas négligé. S’il est malvenu de réagir à force d’onomatopée, il ne faut pas interrompre le client pour le faire répéter ses paroles. Savoir écouter, c’est en effet savoir réagir au bon moment, intervenir pour apporter des précisions et ainsi instaurer un climat de confiance.

Le dépassement de soi est une autre qualité fondamentale. On n’attend pas uniquement d’un agent immobilier qu’il réagisse en fonction des situations. Il doit être apte à anticiper, ce qui exige un goût du challenge et de la proactivité.

L’apparence compte également. Pour inspirer confiance, l’agent immobilier doit prendre soin de sa présentation. Coiffure, tenue vestimentaire, hygiène corporelle, tout doit être impeccable.
Pour finir, il est indispensable de savoir gérer le stress. Le métier d’agent immobilier n’est effectivement pas de tout repos.

Où travailler en tant qu’agent immobilier ?

Ce professionnel peut postuler dans une agence immobilière. Il a également la possibilité d’exercer en tant qu’indépendant. Dans ce second cas, il est impératif de posséder une carte professionnelle en plus des diplômes justifiant ses qualifications.

Les différentes spécificités ?

A mesure qu’il acquiert de l’expérience, l’agent immobilier peut choisir un domaine de spécialisation. Ses missions seront alors plus spécifiques.

Agent immobilier pour particulier

L’agent immobilier articule son savoir-faire autour des biens à usage d’habitation. Terrains, villas, maisons et appartements sont de ce fait ses produits de prédilection. Il peut aussi bien aider ses clients à trouver un logement que les accompagner pour la vente de leurs biens.

C’est lorsqu’il se consacre aux particuliers que l’empathie de l’agent immobilier doit être le plus développé. Chaque projet est en effet personnel. Le client peut chercher un endroit pour s’épanouir seule, une maison où les enfants pourront grandir confortablement, un appartement de standing pour l’après-retraite. D’autres s’apprêtent à vendre la maison de leur enfance, à céder une propriété où ils ont eux-mêmes réalisés de nombreux travaux.

Chaque client a sa propre histoire, ses propres besoins. L’agent va donc devoir offrir un accompagnement individualisé.

 

metier agent-immobilier

metier agent-immobilier

Agent immobilier d’entreprise

La clientèle est entièrement professionnelle. L’agent immobilier s’occupe donc de biens à l’instar des locaux commerciaux, bureaux, entrepôts, locaux logistiques….

L’objectif est ici de proposer un bien qui permettre à l’entreprise cliente de se développer dans les meilleures conditions.

L’approche est moins émotionnelle, plus stratégique. Il est important de suggérer un local dont l’emplacement s’accorde avec les valeurs et les objectifs du client. Il est primordial de proposer des biens dont le standing est cohérent avec l’envergure de l’entreprise concernée. Accessibilité, sécurité, fréquentation, profils des consommateurs et autres facteurs seront alors considérés lors de la prospection. Si vous êtes à la recherche d’une bonne agence immobilière d’entreprise sur la Côte d’Azur, rendez-vous sur le site de locopro-immo-entreprise.com/.

Chaque mission relève d’un véritable défi. Non seulement l’agent immobilier doit garantir la satisfaction de ses clients mais il joue également sa réputation. Le facteur temps est souvent déterminant car l’installation d’une entreprise dépend avant tout du choix de son local. La réactivité et la proactivité prennent de ce fait tout leur sens.

Consultant en immobilier

Le consultant n’est pas un agent immobilier à proprement parler. En effet, il n’est pas salarié dans une agence mais propose des prestations en tant qu’indépendant. Le consultant immobilier doit de ce fait posséder une CT ou carte professionnelle de transaction.

Le consultant immobilier est mandaté par des agences pour des missions de prospections. Il cherche de nouveaux biens que l’agence peut proposer à la vente ou à la location. Il analyse le marché pour aider l’agence à adapter sa stratégie marketing et communicationnelle. Il peut aussi se charger de la promotion des biens disponibles en faisant jouer ses aptitudes commerciales. Enfin, le consultant en immobilier peut négocier avec les clients au nom de l’agence mandante.

Commercial immobilier

Tout est dans son appellation : le commercial immobilier s’occupe essentiellement des aspects commerciaux. La négociation constitue sa principale mission. Selon le contexte, le commercial peut intervenir afin de négocier les possibilités d’utilisation d’un bien donné (habitation, bureaux, espace de vente…).

Il peut aussi négocier sur les prix, engager la discussion en vue d’un projet de morcellement, sans que la liste ne soit exhaustive. Sa fibre commerciale et son aisance relationnelle constituent ses atouts majeurs. Il doit évidemment maîtriser les fondamentaux du droit immobilier pour limiter les risques autant que possible.

Mandaté par une agence immobilière ou par d’autres professionnels, il veille de près à ce que les transactions aboutissent efficacement. A ce titre, il prend connaissance de chaque dossier et argumente en faveur de son client pour que la vente ou la location se conclut dans les meilleures conditions. Le commercial immobilier est habilité à conclure des contrats (prestations de services, vente/achat/location). En revanche, il ne peut se charger de la rédaction des promesses et actes de vente.

L’agent immobilier évolue dans un environnement où le contact humain occupe une place prépondérante. Des aptitudes personnelles qui se développent en ce sens sont donc autant utiles que de solides formations. Grâce à ces compétences, il peut personnaliser ses prestations pour veiller à l’entière satisfaction de ses clients, particuliers comme professionnels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *